Bon, ça va faire long, mais j’ai reçu ça hier soir, pas le courage de couper dedans. A quand un atelier d’écriture, politico-militante-motiv’. En plus je sais qu’il y a des gens chez Mot qui savent faire ça!
…par où commencer?
« Alors elle m’avait dit  Vas-y, regarde son site, c’est riche, un autre regard, et j’avais pas pris le temps, comme d’hab. Là, je suis schotchée. Réellement. Parce que ton journal m’interpelle, me touche, j’ai besoin de te répondre, en tremblant, non, là, je me réponds.

Depuis six mois maintenant, je sillonne aussi au sein des Motivé-e-s, je regarde, j’écoute, j’apprends surtout, énormément, voir tellement que j’ai du mal à me dire que je « m’approprie » tout ce qui circule, tout ce qui se dit, et surtout de la manière dont ça se passe.

La « participation » m’est difficile, non via les « petites tâches » (je fais partie des « petites mains ») mais dans la prise de parole, dans le fait d’assumer mes positions, parce qu’elles changent trop souvent, parce que je suis impressionnée aussi, ou impressionnable… par la pertinence des gens qui sont présents, par leur réactivité, agilité, perspicacité, dans des situations ou face à des contextes que je mets deux plombes à décrypter. Alors je me tais, avec le sentiment culpabilisant de « consommer », avec la fierté déplacée de m’y reconnaître, quand mes propres limites sont si difficiles à dépasser…

Quand tu parles de M., qui constate les dérapages possibles d’une démocratie « dite » trop souvent que par quelques personnes, je me dis que c’est là que je dois, oui, c’est un devoir, prendre mes responsabilités et tenter aussi ma propre expérimentation : m’affirmer et oser. Me lancer quoi. Mais qu’est-ce que c’est dur!! Et qu’il faut du temps pour s’inventer, et qu’un jour, je serai moins tétanisée par l’expression libre. En même temps, je repousse toujours l’échéance. Trop facile.

Alors, c’est le vertige permanent, besoin et peur du « tout-collectif-tout-le-temps », comment ils font les autres??? J’ai jamais connu autant de gens chouettes en si peu de temps., « le lien social » est enfin traduit, même si je cherchais pas là des « co-pains », j’en ai déjà pleins, je peux pas m’empêcher de les aimer aussi. Motivé-e-s me « nourrit », mais faudrait aussi que j’apprenne à faire à mangé-e-s..

La suite ….>>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web