Hier soir AG Mot’ au Puerto Habana, largement plus de 150 personnes. C’est là que la démocratie fait mal.

Arrivé bien avant l’AG j’ai eu l’occasion de discuter un peu sérieusement avec Elizabeth, la seconde sur la liste, qui s’intrigue toujours du nombre de cassette que je vais avoir à dérusher. Dès que je discute d’un peu plus près avec les gens, je ne peux pas rester sur ma réserve, surtout lorsque j’ai l’impression (parfois illusoire) que mes préoccupations sont peut-être celle de mes interlocuteurs. Et à chaque fois, j’ai l’impression que j’en ai dit trop, j’en arrive à leur faire des remarques sur leur fonctionnement etc. bref, je sors du rôle que je m’étais fixé. C’est comme ça, faut que je revois ma position, je suis indécrottable dans le genre compassionnel.

Pendant l’AG, grand débat qui n’en finit pas, sur le choix d’un slogan genre « puisque c’est ça on y va » ou « motivés, on a pas pu s’empêcher d’y aller » etc. Ca a pris un temps fou, parce que chacun avait un slogan à proposer, et à défendre. L’animation apprend qu’un brainstorming à plus de 150, c’est impossible.

A la fin de l’ A.G., discussion informelle, sur le trottoir de la façon dont la réunion s’était passée. J’ai choppé ça au débotté, je ne sais pas encore ce que les images vont donner. Mais là je suis en plein dans mon sujet.

Je me suis un peu frotté avec John Paul Lepers de Canal+, qui était déçu à la fin de ce qu’il avait ramassé… Je lui ai dit « alors, il descend en avion de Paris avec son équipe, et il est triste de ne pas avoir ramassé de belles images bien croustillantes… ».  Bref, on a discuté un peu.

Quand je lui ai évoqué la boucle Vivendi, un salarié (lui) de Vivendi interviewant un employé de Vivendi (c’est à dire Zebda via Universal) il ne comprenaient pas que quelque part Zebda étaient des salariés de Vivendi. L’investigation a des limites…

C’était un peu David et Goliath, et dans le rôle de David, j’en fais trop, je n’étais pas content.

Tayeb m’informe qu’une de leur copine Agnès Poirier, journaliste à France 2, voudrait suivre la campagne avec eux et qu’il l’a averti que j’étais sur le « coup ». Je lui réponds que je n’ai pas le monopole.

J-L. G. qui prenait le son avec moi, me fait remarquer que pour eux, c’est tout bénéf, c’est une médiatisation d’un bien meilleur niveau que ce que je fais. Qui ne verra peut-être pas le jour!!!

On en a conclu qu’il lui donnera mon numéro de téléphone.

Reste qu’une question qui, au départ, ne m’inquiétais pas, là, me travaille… Si j’ai dans les pattes une équipe de France2 à chaque fois que je veux filmer Motivé-e-s, je vais être mal. Simplement, en ce qui concerne les réunions dans le local, il n’y a pas la place pour moi, et une autre équipe.

Ensuite ça me fait chier de toujours laisser la place aux gens de Paris pour parler de ce que nous vivons ici. En même temps si Mot’ m’accorde « l’exclu » je me sens redevable, et ça c’est pas bon du tout…

Il reste que je n’ai rien à demander, exiger, de qui que ce soit.

Bref, je ne sais pas sur quel pied danser…

Envie de mettre la question en discussion sur la liste bruits.

* * * * * * * * * * *

Côté LCR, bizarre :

Mon mail à SB du 22 nov

Salut

Tu peux me donner les prochaines dates, autant les réunions, que les « sur le terrain ».

Grand Merci!

 

22 Nov 2000 13:24

Dès que possible

Amicalement

 

24 Nov 2000 08:41:22 +0200

Euh… et c’est possible quand?

Pour la révolution je comprends, mais pour les commissions, collège d’animation et AG, euh là j’ai un peu de mal.

a+

——————

24 Nov 2000 10:14:18 +0100

Possible dès que l’on m’aura fait passer le planning (je n’étais pas à la réunion …)

—————–

Et depuis rien…

 

Je comprends mal qu’un gars qui est au coeur de l’organisation me réponde ça.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web