Hier soir, Le Zénith ! la gauche plurielle, et Mot’

Salle pleine, des milliers, et des milliers de personnes. J’ai encore rien compris au feuilleton ou j’ai du manquer un épisode. J’étais resté sur l’idée d’une intervention très limitée de Mot’ dans ce Zénith, l’absence définitive de Zebda, Hormis pour la chanson, le PS portant tout le projet. Histoire de ne jamais être récupéré.

Et bien, plus récup que ça, c’est impossible, et en même temps, ça donne l’impression que le PS, voulant récupérer Mot’ s’est fait récupérer à son tour par Mot’. Du jamais vu!

Signe prémonitoire, à l’entrée une femme du PS tambourinant sur un plot en inox, accompagné d’un jeune beur crient à tue-tête « motivés, motivés, restons motivés » en distribuant à tour de bras, le journal du PS, étrange.

On verra sur scène Magyd en maître de cérémonie, les produits dérivés Zebda, pour finir sur la maison mère Zebda himself, les musiciens qui soutenaient 100%. Le film sur le Couac, est projeté sur grand écran, et encore une couche de récup.

Tout ça est mal dit, mais, voilà.

Hormis les affiches de François Simon, avec sa tronche qui regarde dans les yeux ceux qui regardent sa photo, (je déteste ça!) on a l’impression que c’est Motivé-e-s qui invite. Enfin pas complètement, parce que, tout le temps. Simon joue les médias, il est en permanence sous l’oeil des caméras, parlant à des jeunes, se mélangeant aux jeunes femmes de Mot’, etc. Très étrange. Intervention  pathétique des Verts, puis à nouveau de la musique, ce sont Salah et Ch. qui s’y collent. Il se lâche de plus en plus sur scène, je ne me souviens plus de ce qu’il dit, mais la salle est chaude comme c’est pas possible!!! il passe la parole à une Mot’, Ch., qui va vendre Mo’ au public qui en redemande. Je ne la connaissais pas comme ça, elle non plus sûrement. Disons que c’est pas forcément l’intelligence qui, là, est au pouvoir, l’affectif, l’émotion, l’énergie fait tenir l’édifice.

Et tout au long, cette impression que Mot’ a récupéré le PS.

Bon, je suis très fatigué, encore cette nuit je me suis couché très tard, mais voilà.

Avec ma rigueur, voir ma raideur, mon souci de cohérence autobloquant, je me sens tout con, limite trahi. L’histoire dira si je l’étais autant que ça.

A la sortie, distribution gratos de milliers de CD avec Allez-Ouste! Sur la pochette, on comprend que c’est Motivé-e-s qui arrose, et on ne sait pas que c’est le PS qui paye.

C’est le coup de grâce du soit disant récupéré, à celui qui se croyait le récupérateur.

Ca me pose plein de questions sur le fonctionnement politique-collectif. Comment contrôler une dynamique, sans la briser, comment pouvoir laisser les gens faire ce qu’ils sentent sans que ce soit n’importe quoi… Je viens de me bricoler un schéma: On agit, on évalue l’action, on en tire les leçons, donc on devient moins con et ce progrès là, se lira dans les prochaines actions… C’est l’intelligence des créateurs-trices, qui est au centre du dispositif, et non la cohérence idéologique (qui est forcément préalable) qui n’en est, en fait, que la conséquence.

Et le point faible dans un groupe, c’est l’incapacité à l’évaluation productrice de changement perso.

Étonnant non?

Ca doit être la fatigue, je sors une usine à gaz, et je trouve ça lumineux

Je passe plus de temps à parler avec des gens qu’à filmer, je rate des trucs, je m’en fous, je vis.

N’empêche que ce Zénith, c’est de l’incantatoire plein pot, ça ne prêche que les convaincus, et ça ne fait bouger aucun abstentionniste qui eux feront la décision, bizarre.

Ho. qui, si la gauche passe, entre au Capitole, m’explique qu’avant, elle serrait la main à Simon, et que maintenant elle lui fait la bise. On parle de compromission…

Je regarde les 13 premiers, et je me dis que si la gauche passe, il y a là une belle équipe!

A la sortie,  un copain de Ras Le Front, me raconte la chose suivante. « Dimanche en allant voter je tombe sur Fontvielle, (l’adjoint de Simon), on parle des Mot’ et il me dit que c’est quasiment réglé et il me cite chaque point de la négociation, et semble être déjà sûr de ce que les AG décideront. Lorsque plus tard je regarderais la télé, tous ces points seront cités. J’arrive pas à croire qu’il n’y avait pas déjà des accords préalables ».

J’assiste là à une écriture de l’histoire.

J’ai rendez-vous, ce matin avec M. au siège du PS, je regarde sur le plan, et je me rends compte que le local du PS est à deux pas de celui de Mot’, c’est sûrement pas un hasard. Il y a quelques temps, j’y aurais peut-être vu un sens. Je me soigne, je crois que ça va mieux.

15/03/01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *