Samedi 30/09/00
Fête de la LCR. Ca faisait une éternité que je ne m’étais pas retrouvé dans un tel lieu.
Il y avait un stand de LO, à qui j’ai renouvelé ma demande de rencontre, le lendemain j’avais un coup de fil avec promesse de reprise de contact…
A 15h  » Café littéraire « , une des vedettes, Daniel Mermet, n’avait pu venir… Les intervenants n’avaient pas grand chose de littéraire, mais c’est vrai que ça se passait dans un café. On a eu droit comme d’hab à un exposé assez long de chacun, et puis après aux questions de la salle. Avec un thème bateau du genre  » comment va le monde?  » chaque intervenant pouvait vraiment raconter ce qu’il voulait. Aucune animation réelle du débat par qui que ce soit, bref de l’archi classique, la salle était pleine.
J’essaye de ramasser des plans où ils parlent de la question du militantisme, de que faire aujourd’hui, de comment faire. Et quand ces questions sont timidement reprises par la salle, les réponses des intervenants sont très succinctes.
Il y a toujours ce problème du temps de déclenchement de la caméra, qui me fait parfois perdre des débuts d’interventions, mais c’est difficile d’anticiper, et je ne peux pas tout filmer.
Et puis à 18 heures, il y a le  » meeting « . Je ne savais pas que ça existait encore. Avec le public en bas, dans l’ombre, et les leaders en haut sous les projecteurs. Et l’Internationale, maladroite, à la fin.
Fréderic Borras annonce qu’il n’y a toujours pas d’accord avec Tactik. (Je vais essayer de mettre sa déclaration en ligne…)
Les femmes ne semblent pas lever le poing de la même façon que les hommes.
La aussi là salle était pleine: 250 personnes.
Faut pas que je perde de vue mes fils, le fil conducteur des élections municipales, mais qui n’est qu’anecdotique, et les autres qui sont bien plus importants, où en est le militantisme, sait-on encore militer, quelle crise du militantisme, et pourquoi.
A entendre samedi Daniel Bensaïd et Alain Krivine, tout d’un coup j’ai eu ce sentiment qu’il n’y avait plus du tout de crise du militantisme…
Le tribun, à la tribune, c’est quand même quelque chose. Je ne me rappelais plus. Je m’étonne qu’on puisse encore avoir recours à ce genre de dispositif, et ça marche! Moi en sortant j’étais sous hypnose, à deux doigt d’adhérer à la LCR, non je plaisante…

Lire dans le journal…

Et maintenant?

Plus tard, sur ce côté droit de cette page, je mettrais mes réflexions plus de 15 ans après..

Plus tard mais quand?

Le suspense est total

 

Épisode 1_4 [Tactik en conf de presse + Fête de la LCR ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *